top of page
  • Eliott Lawton

Le Spanda

Si tu es curieux.se des écrits qui corroborent la voie tantrique, alors tu as sûrement déjà entendu parlé de Spanda. Qu’est-ce que c’est et d’où ça vient ? C’est ce que je vais tenter d’expliquer dans cet article.



Le Spanda est un terme emprunté à la langue sanskrit qui peut se traduire comme « la vibration ». Il cherche à définir une pulsation de l’Un, reconnaissant ainsi que nous sommes à la fois composant d’une grande unité organique et conscience mais également l’une des multiples différences de l’univers.


Le Spanda est un des piliers du tantrisme dans les courants tantriques des Shivaïstes non-duels du Cachemire car il définit la relation entre les deux opposés que sont : le tout et le différencié. Les plus anciennes traces que l’on retrouve de l’évocation du Spanda dans les écrits remontent au VIIIe siècle où Vasugupta écrivait la Spandakārikā.


Voici quelques extraits de ce texte :


« La vénérée Shankrai (Shakti), source de l’énergie, ouvre les yeux et l’univers se résorbe en pure conscience, elle les ferme et l’univers se manifeste en elle ».


« Le frémissement, lieu même de la création et du retour, est dépourvu de toute limite, car sa nature est dépourvue de forme ».


« Alors le cœur réalise que la vraie nature innée est à la fois l’agent universel et la subjectivité qui perçoit le monde. Ainsi immergé dans la connaissance, il sait et agit selon son désir ».


Versets 1,2 et 10 de la Spandakārikā traduite par Daniel Odier dans son livre l’incendie du cœur.



Dans ce texte, Vasugupta évoque le Spanda comme étant un acte de vibration qui reflète la présence d’une énergie consciente en tout ce qui est. Le tantrika avançant sur les traces des Shivaïstes du Cachemire s’inspire du Spanda pour nourrir sa vision de vie et ses pratiques. Ces dernières offrent un chemin vers « ce qui est éternellement présent » permettant au.à la pratiquant.e d’accueillir le monde dans chacune de ses manifestations.


Cet acte met en lumière l’unité duelle de l’union de Shiva et Shakti, principes masculin et féminin du cosmos. Le.a pratiquant.e, par sa force d’action à travers les pratiques, ouvre les portes au Spanda et accueille en lui.elle la vibration pour ne faire qu’un avec le cosmos. Ainsi il.elle entre en connexion avec la vibration et visite Shiva et Shakti en même temps.


La Spandakārikā, que l’on peut traduire comme « le chant du frémissement », fait partie des textes les plus anciens attribués au tantrisme des Shivaïstes. Elle a, par la suite, inspiré d’autres textes emblématiques de ce courant de pensée tels que le Vijñānabhairava Tantra.


La pratique du Spanda est à la fois simple et complexe. Comme tu as pu le lire plus haut, ce qui définit le Spanda peut se résumer en une phrase. D’après les retours des quelques pratiquant.e.s que j’ai croisé.e.s sur ma route, la plus grande difficulté réside dans l’action de faire de l’espace à ce qui est déjà là. Cet acte s’inscrit dans une opposition à notre mode de vie actuel en occident qui nous invite à mettre en place des actions au quotidien. Chaque instant de vie est un projet qui s'accomplit selon les règles du temps et de l’espace. Que cela soit d’aller faire des courses ou bien se réaliser en tant que personne, la voie empruntée est le plus souvent celle du contrôle et de la conscience. Traduit dans d’autres mots, cela pourrait être : « je prends conscience de ce dont j’ai besoin, puis je mets en place une ou plusieurs actions pour aller satisfaire ce besoin ».


Le.a tantrika adepte du Spanda, quant à lui.elle, s’ouvre à la vibration de vie qui est déjà présente en tout. Ainsi, « construire sa vie » ou bien « mettre en place des choses » prend un tout autre sens car l’énergie utilisée s’oriente vers un tout autre axe, celui de la pleine connexion à l’intemporel temps présent. Le tantrisme est une voie spirituelle inconditionnelle d’amour pouvant être décrite comme un joyau caché qui n’exprime sa lumière qu’à la condition qu’on lui fasse suffisamment de place. Tel un sage, il ne parlera que lorsqu’on lui laisse la parole.


En tant qu’êtres humains, nous sommes une unité à notre niveau, dans lequel se trouve une multitude d’autres humains et êtres vivants qui, malgré ce qui les définit, sont tou.te.s différent.e.s. Cette notion de différence vis-à-vis de « ce qui n’est pas moi », nous la partageons tou.te.s. En des termes plus clairs, cette vision fait de nous des êtres similaires et différents à la fois.


Alors si toi aussi tu veux plonger dans l’espace du Spanda, ouvre-toi et laisse venir. La vie se charge du reste. Nous te souhaitons un beau chemin sur la voie tantrique et comme je le dis : qui tantra verra !


Comments


bottom of page